L’Université Confédérale Léonard de Vinci (UCLdV) est un établissement public qui s’inscrit dans la construction d’un nouveau modèle de regroupement universitaire, centré sur des missions de coordination et de coopération.

La loi du 22 juillet 2013 a en effet créé des « communautés d’universités et établissements » (ComUE) dont les statuts définissent les compétences.

Ainsi, la ComUE Léonard de Vinci a-t-elle pour mission d’organiser le travail entre ses membres (les universités de Poitiers et Limoges, et l’école d’ingénieurs Isae-Ensma) ou de porter en propre certains sujets qui, par essence, intéressent tous les établissements membres.

Si chaque établissement membre de la ComUE a développé une tradition d’ouverture à l’international qui constitue l’un des axes majeurs de sa politique générale, le développement des réseaux francophones est une dimension forte structurante au sein de chaque établissement.

La stratégie internationale de la ComUE s’inscrit donc dans une logique de renforcement de ces initiatives qui ont déjà largement ancré les établissements dans le paysage international, chacun y ayant sa place et sa réputation. Sur la base de ces différentes forces et en s’appuyant sur les réseaux déjà établis, il s’agira de créer des économies d’échelle et de générer des bénéfices pour l’ensemble de la communauté.

La stratégie de la ComUE repose sur 2 principes, qui ont été validés dans le contrat de site signé entre la ComUE et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESRI), le 3 juillet 2018.

1/ Renforcer la visibilité des membres de la ComUE à l’international 

La ComUE est déjà impliquée dans différentes initiatives européennes : la Charte et le Code du chercheur (ERA), elle siège au comité de pilotage d’un projet de la DGGROW « Promoting Online Training Opportunities for the Workforce » et elle contribue au projet Erasmus+ EXTRasup piloté par le MESRI sur la « Reconnaissance et la garantie de la qualité des acquis extracurriculaires des étudiants ».

Dans le contrat de site, les actions prévues sont les suivantes :

  1. Créer un portail web en anglais et espagnol sur la vie étudiante à Limoges et à Poitiers (faciliter l’arrivée des étudiants internationaux et renforcer l’attractivité);
  2. Renforcer la mobilité des étudiants en thèse (organiser la collaboration entre établissements autour de projets de mobilité structurants);
  3. Créer une Chaire internationale;
  4. Encourager la mobilité des personnels autour des actions liées à l’entrepreneuriat étudiant ;
  5. Créer un parcours en ligne d’auto-formation sur l’entrepreneuriat et l’internationaliser.

2/ Soutenir les innovations pédagogiques, de gouvernance et de formation des membres de la ComUE 

Ce second axe a pour objectif le pilotage au niveau de la ComUE de projets innovants, organisés autour d’équipes-projets, dont les livrables seront utiles pour l’ensemble des 3 établissements.

Les sujets suivants ont été identifiés :

  1. Renforcer l’approche par compétences des formations, (compétences transversales et soft skills). Les pays identifiés à ce jour sont la Suisse, Belgique, Suède, et Allemagne;
  2. Mieux cerner les enjeux et la mise en place concrète d’ « universités de la formation tout au long de la vie »(Suède);
  3. Entrer dans l’Open Education avec les open badges pour reconnaitre les compétences. Les pays identifiés à ce jour sont la Slovénie, Malte, Belgique, Finlande, Pays-Bas, Italie et Autriche. Nous prévoyons par exemple des mobilités, notamment en Finlande, de manière synchronisée avec les acteurs territoriaux de l’éducation, de la jeunesse, de la FTLV pour couvrir l’ensemble des champs du programme Erasmus+.

La stratégie internationale de la ComUE se fonde donc à la fois sur la mobilité des personnels, avec une mission de transfert à l’ensemble des partenaires, et sur les partenariats stratégiques qui permettront des échanges de pratiques et de savoirs, voire la création d’outils soutenant la mobilité et l’innovation pour ses établissements membres – dans un esprit de consortium, de collaboration pour l’intérêt commun.

La ComUE est organisée comme suit

  • La direction de la ComUE est assurée par le Président et le Délégué Général. Il s’agit d’une gouvernance très flexible qui permet une prise de décision opérationnelle rapide. Les décisions qui impliquent les établissements membres sont discutées en « Conseil des membres«  , la réunion hebdomadaire des Directeur et Présidents des établissements, assurant ainsi un suivi très régulier.
  • Les responsables des trois services Relations Internationales (RI) des établissements, de la ComUE et les vice-présidents chargés des RI se réunissent une fois par mois, ces réunions sont pilotées par la vice-présidente RI de la ComUE. Elles ont notamment pour objectif d’anticiper la participation de la ComUE à des projets internationaux et, le cas échéant, de créer un groupe de travail et/ou une équipe-projet dédiée à la réponse à un appel, à son organisation et à sa mise en œuvre.

Cela signifie donc qu’une articulation et une synchronisation sont pensées en amont entre les projets et objectifs de chaque établissement et les projets communs, qu’elles sont portées et formalisées au niveau de la ComUE et qu’elles sont validées par le Conseil des membres.

Au niveau opérationnel, une expérimentation a permis en 2018 de tester cette organisation autour d’un « partenariat stratégique » sur les Open badges où le travail de réponse a été réalisé par l’Université de Poitiers, avec l’appui de la ComUE, sur des compétences spécifiques sur le contenu et sur la mise en œuvre concrète du projet.

Cette expérience démontre que la coopération est opérationnelle dès maintenant. Les projets qui seront coordonnés par la ComUE seront donc discutés et validés collectivement, en s’appuyant sur les compétences (administratives, juridiques, gestion de projets et de mobilité, accueil des chercheurs…) de l’ensemble des personnels des établissements et de la ComUE, pour organiser la mise en œuvre commune.

Des fiches-projets remontent systématiquement auprès du délégué général et chaque projet est validé par les Directeurs et Présidents des membres de la ComUE. Le suivi de la mise en œuvre est principalement confié aux personnels de la ComUE qui informent régulièrement le conseil des membres et l’ensemble des parties prenantes sur l’état d’avancement du projet.

A ce jour, la mobilité des étudiants sortants ne fait pas partie des compétences de la ComUE, mais elle participe au cadre commun d’un accueil de qualité pour les étudiants entrants. De plus, elle peut contribuer au rapprochement de ses membres autour de masters communs du type Erasmus Mundus ; ce sont des projets qui font encore l’objet de discussions. Elle n’a pas, a priori, vocation à organiser la mobilité des personnels des établissements, mais elle peut piloter des actions de mobilité des personnels pour un projet commun : cela se fera, à nouveau, par l’intermédiaire des réunions mensuelles pilotées par la VP. Dans ce cas, les modalités de mise en œuvre se déclineront dans chaque établissement et l’orchestration sera menée collégialement au niveau de la ComUE.

Le travail en équipes et en mode projet est la méthodologie sur laquelle reposent toutes les interactions entre la ComUE et ses membres sur tous les sujets. Elle est donc naturellement appliquée pour les projets de coopération internationaux. Si les compétences de la ComUE en matière de projets européens venaient à être renforcées, cette méthode serait naturellement utilisée pour mettre en place une démarche « qualité de mise en œuvre et de suivi de projet », partagée et consensuelle.

La ComUE Léonard de Vinci est un tout jeune établissement, dont les objectifs doivent à la fois répondre aux besoins actuels de ses membres et permettre d’expérimenter des axes de collaboration autour de sujets émergents et innovants.

L’impact de ces expérimentations peut être extrêmement structurant dans un monde en constante évolution et une région nouvellement créée (la Nouvelle Aquitaine) dont la stratégie en termes d’enseignement supérieur, de recherche et d’international est encore en construction. Dans ce cadre local, mais également en articulation avec les stratégies nationales et européennes, l’adhésion à la Charte Erasmus + pour la ComUE va permettre de développer les axes suivants :

1 / Renforcer la visibilité et la pertinence des compétences et des qualifications (« Une nouvelle stratégie de l’UE en faveur de l’enseignement supérieur » , « Une nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe »)

La Charte Erasmus+ doit permettre de développer des projets de partenariats autour des compétences transversales, démocratiques, entrepreneuriales et liées à la mobilité internationale, à tous les niveaux de l’enseignement supérieur (identification, mobilisation, évaluation, reconnaissance, visibilité), et ce dans des cadres formels et non-formels et informels. Pour cela la ComUE mise sur la co-construction d’outils pédagogiques et de reconnaissance de ces compétences, avec les entreprises et l’écosystème local, régional et européen. La ComUe souhaite notamment créer avec les employeurs des formations doctorales innovantes centrées autour des « compétences du futur » dont les formats modélisables seront transférables et évolutifs. La ComUe pilote la formation doctorale et s’appuiera donc sur les instances ad hoc pour faire évoluer ensuite les contenus et méthodes de formation, à partir des livrables élaborés avec les partenaires (la mise en place d’Innovative training networks est également en cours).

2/ Construire des systèmes d’enseignement supérieur inclusifs et connectés (« Une nouvelle stratégie de l’UE en faveur de l’enseignement supérieur »)

De nombreuses initiatives isolées sont mises en place au sein des établissements pour identifier les compétences que doivent posséder les diplômés, pour les acquérir et pour en garantir la qualité. Du côté des employeurs, la situation évolue vite et la maîtrise « pratique » de compétences cibles ne trouve pas toujours de réponse auprès des établissements.

La ComUE propose donc de lancer un réseau régional autour des technologies numériques (notamment les Open Badges) pour créer des outils et services autour des compétences, à destination des étudiants et des élèves, des établissements scolaires et d’enseignement supérieur, des employeurs et de la société civile dans son ensemble. Mais pour assurer la pertinence d’une telle initiative, la ComUE souhaite faire reposer son action sur des échanges de pratiques autour des badges et de leur utilisation en Europe (cf. les initiatives belge et italienne gentlestudent ou bestr), autour des compétences extra-académiques (le bénévolat, l’engagement ou les activités sportives par exemple). Grâce à la Charte elle pourra proposer des projets de mobilité au sein du réseau, vers les pays les plus en pointe sur ces sujets (par exemple la Finlande, la Serbie ou l’Irlande), et mettre en place le dialogue autour des badges pour identifier les compétences émergentes avec les établissements et employeurs partenaires. Elle vise ainsi à encourager la mobilité des étudiants mais aussi des personnels afin de reconnaître et valoriser les compétences liées à ces mobilités.

La ComUE souhaite aussi développer des partenariats autour des compétences extracurriculaires des étudiants, à partir de sa participation au projet EXTRasup et de l’expérimentation qu’elle pilote sur les open badges et les compétences acquises dans le milieu associatif.

3/ Améliorer la veille stratégique sur les besoins de compétences et l’information pour des choix de carrières plus éclairés (« Une nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe »)

La ComUE souhaite pouvoir développer ses actions autour des Objectifs du Développement Durable de l’ONU et des compétences liées à cette stratégie, en partenariat avec une start-up locale et des partenaires européens. L’objectif est de proposer de nouveaux outils d’orientation et une reconnaissance des compétences telles que la résilience, apprendre et s’orienter tout au long de la vie, les soft skills, etc.

La ComUE UCLdV travaille en liaison avec les services RI de ses établissements membres et dispose également de compétences propres pour mener à bien un projet de coopération internationale.

Elle dispose de 6 personnels (sur les 9 présents au siège) mobilisables pour répondre à des appels, former des équipes projets et assurer la mise en œuvre, en collaboration avec ses membres :

  1. Une assistante trilingue (gestion de l’accueil, organisation de déplacements, de séminaires, workshops, groupes de travail, etc. pour les 3 sites des membres : Poitiers Centre, Site du Futuroscope et Limoges);
  2. Un comptable en lien étroit avec les services financiers de l’Université de Poitiers, et de l’Isae-Ensma, ce qui facilite l’efficacité du traitement financier de budgets européens ;
  3. Un chargé de mission sur les projets européens (montage, budget) ;
  4. Une responsable des politiques et stratégies européennes ;
  5. Une responsable de la communication
  6. Un responsable légal, le Délégué Général.

Téléchargez l’organigramme central de la ComUE UCLdV

Ressources documentaires

JWG2018

Les Assises de la Coopération Franco-Indonésienne se tiennent chaque année, alternativement en Indonésie et en France. En 2018, les 10èmes Assises se sont déroulées à Poitiers [du 26 au 28 juin]. A travers ces 10èmes Assises, organisées par l’Université Confédérale Léonard de Vinci (ComUE UCLdV) sous l’égide du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (l’Ambassade de France en Indonésie), l’Ambassade d’Indonésie en France, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi que du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de la Technologie Indonésien (RISTEKDIKTI), l’ensemble des acteurs de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche français et indonésien ont pu échanger tant sur les aspects méthodologiques de la coopération (mobilité des enseignants et des étudiants, accords de coopération inter-universitaires, doubles diplômes, possibilités de financements, projets de recherche communs) que sur les thématiques de recherche. Enfin, l’édition 2018 a mis  l’accent sur les processus de valorisation de la recherche, de transfert de technologie et d’innovation.

Revivez les 10èmes Assises de la coopération franco-indonésienne JWG2018

Site Internet JWG2018

Actualité 

La ComUE UCLdV à la Commission Européenne 

L’Agence exécutive européenne pour les PME (EASME) et la [...]

Actualité 

10èmes Assises de la coopération franco-indonésienne : retour en images 

[#JWG2018]   Revivez les 10èmes Assises Franco Indonésiennes [...]

Actualité 

10èmes Assises de la Coopération Franco-Indonésienne 

Les Assises de la Coopération Franco-Indonésienne se tiennent [...]

Actualité 

La ComUE UCLdV s’engage dans le projet EXTRAsup 

L’Université Confédérale Léonard de Vinci siège au Comité de [...]

Actualité 

La ComUE UCLdV fête les 30 ans d’Erasmus+ 

Loïc Vaillant, président de l’Université Confédérale Léonard de [...]

Actualité 

L’Université Confédérale Léonard de Vinci à Séoul 

Du 31 août au 2 septembre 2017, l’Université Confédérale Léonard [...]

Actualité 

L’Université de Poitiers dynamise son rayonnement à l’international 

L’Université de Poitiers est membre fondateur du Groupe de [...]

Caroline Bélan-Ménagier

Responsable des stratégies RI et Open Recognition

05 49 49 66 18