MT180S : Regards croisés



« Ma thèse en 180 secondes » vise à informer le grand public de la richesse et de l’intérêt des recherches scientifiques, tout en développant les compétences communicationnelles des doctorants avec le grand public. Conscients des enjeux multiples d’un tel exercice, l’Université de Poitiers et l’Université de Limoges offrent la possibilité aux candidats de bénéficier d’une formation spécifique destinée à les préparer au mieux pour le jour J.

Rencontre avec :

Gilles BAUBE,  en charge de l’accompagnement des doctorants au sein du service de la recherche et des études doctorales (SRED). Université de Poitiers.

Frédérique SAVIGNAT, chargée de professionnalisation des doctorants au Collège doctoral de l’Université de Limoges. Université de Limoges.

Christophe BARGET, comédien et metteur en scène de la troupe de théâtre Au Bonheur des Planches, intervient depuis plusieurs années sur l’atelier de formation à Limoges en animant les séances d’accompagnement et de formation au concours MT180S.

 

ComUE UCLdV : Pour vous, quel est l’intérêt des doctorants à participer à ce concours ?

 

Frédérique SAVIGNAT : Ce concours est beaucoup plus que ce qu’il paraît être en réalité ; il est un moyen d’amener les doctorants beaucoup plus loin. Au-delà de la vulgarisation d’un sujet scientifique à destination d’un public de profanes, la préparation réalisée dans le cadre de « Ma Thèse en 180 secondes » permet de mener un travail approfondi sur la prise de parole en public et les techniques d’improvisation, mais également de former les participants à plusieurs techniques de management et de pilotage, essentielles dans la vie professionnelle d’aujourd’hui. Ces séances de préparation touchent du doigt des aspects très importants tels que la gestion du stress, l’affirmation de soi, le leadership, la confiance en soi, la maîtrise des règles de base de la communication orale devant un public, la gestion du temps et des priorités, tout  en apprenant à vulgariser un sujet et à le transmettre. Autant d’aspects qu’un chef de projet, un entrepreneur, un chercheur, un conseiller en stratégie, un ingénieur en R&D –  et bien d’autres métiers encore – devront maîtriser pour mener à bien les tâches qui incombent à ces postes, tous secteurs confondus.

 

Gilles BAUBE : Sur le fond, l’intérêt pour des doctorants est déjà pluriel ; réfléchir aux enjeux de court et de long terme, adopter une approche synthétique et de communication pour rendre intelligible des notions parfois complexes, faire en cela médiation scientifique en évitant les écueils contraires de la simplification et du jargon technique, représentent un effort utile. Cela permettra notamment d’aider les doctorants à établir des échanges fructueux avec des acteurs non spécialistes (recruteurs côté RH, financeurs divers, partenaires institutionnels, etc.) qu’ils pourraient rencontrer dans leur recherche d’emploi comme dans leur vie professionnelle. 

Sur la forme, communiquer clairement avec ses interlocuteurs, présenter ses travaux devant un public connu ou inconnu, gérer son stress, etc. ce sont des expériences marquantes pour un jeune professionnel. Cela lui permettra d’acquérir l’aisance et la confiance en soi nécessaire pour assumer ce type de responsabilités.

 

ComUE UCLdV : Pouvez-vous nous expliquer quel est votre rôle et comment travaillez-vous avec les candidats pour leur apporter une aisance scénique et la capacité à transmettre clairement leur discours à un public profane ?

 

Christophe BARGET : Comédien et metteur en scène depuis près de 15 ans, mon rôle consiste à leur faire comprendre l’importance de la mise en scène, de la diction, du débit, pour faire passer leur message (la forme au service du fond). Aux travers d’exercices de théâtre, ils abordent les principes de base de la prise de parole en public, du théâtre et bien évidement de la gestion de leur stress. Ces notions leurs serviront tout au long de leurs parcours de vie.

C’est un travail d’équipe où tout le monde participe à l’élaboration de chaque présentation. J’interviens également dans la vulgarisation de leur texte, Je ne suis qu’un agitateur d’idées qui rappelle et qui montre, le cas échéant, que l’interprétation peut détruire ou valoriser un texte, une pensée. 

 

Gilles BAUBE : A Poitiers nous avons la chance d’évoluer en trinôme très complémentaire. Hendrik EIJSBERG, lui même docteur, aide les doctorants sur la partie médiation scientifique ; de mon côté j’apporte un regard sur la communication, la confiance en soi. Le troisième larron est un comédien de théâtre. Il apporte un plus indéniable, sur la gestion du trac, mais aussi sur la façon d’occuper l’espace, de travailler sa voix, bref d’accomplir un véritable – mais modeste – travail d’acteur. Les retours que nous avons des doctorants sont excellents, et cette expérience est pour eux un moment marquant de leur thèse.

Un plus cette année : nous organisons une séance de débriefing collective pour revenir sur l’expérience subjective de chacun et gérer les joies et déceptions possibles, ce qui a été vécu, perçu, appris.

Ces apports sont rendus possibles grâce à quelques partenaires qu’il faut remercier : EDF,  BANQUE POPULAIRE, CASDEN, MAIF, MGEN, l’Espace Mendes France et la Fondation Poitiers Université.

 

ComUE UCLdV : Avec la crise sanitaire comment envisagez-vous la préparation des doctorantes et des doctorants pour l’édition 2021 ? Avez-vous prévu un coaching particulier ? 

 

Christophe BARGET : Malgré la situation sanitaire actuelle, nous avons pris la décision d’effectuer cette formation en présentiel, tout en respectant toutes les mesures de protection. Il me paraît important de mettre les candidats en situation. Les faire monter sur scène, devant les autres candidats, les sortir de leur zone de confort afin de ressentir leurs émotions, leurs peurs, leurs appréhensions. Je ne pense pas qu’en distanciel on puisse arriver à la même chose. Et si la situation sanitaire s’améliore et que le concours se déroule normalement devant du public (croisons les doigts), ils auront la possibilité de gérer au mieux leurs émotions.

 

Gilles BAUBE : Nous espérons pouvoir faire les choses de la manière la plus proche des années précédentes. Mais bien sûr nous nous adapterons, et pourrions même lancer une diffusion et un vote par internet, pour augmenter la visibilité de l’événement. Pas de coaching particulier donc, mais coaching tout de même !

 

ComUE UCLdV : On parle beaucoup de la médiation scientifique et de la culture scientifique, pensez-vous que les doctorants / docteurs ont un rôle à y jouer ?

 

Frédérique SAVIGNAT : Oui sans aucun doute, car nos doctorants sont les acteurs et les porte-voix de la Recherche de demain. Sensibiliser le plus grand nombre à la nécessité de la culture scientifique et de la médiation scientifique est indispensable, et ce dès le plus jeune âge. Cela peut passer par exemple par l’organisation de rencontres entre des élèves et des doctorants qui se rendent dans des établissements scolaires (primaires, collèges et lycées) afin d’expliquer ce que sont les laboratoires, en quoi consiste la recherche et pourquoi ils ont choisi cette voie professionnelle ; également à travers l’organisation d’évènements grands publics (tels que La Nuit Européenne des Chercheurs) – et tout cela avec un seul et même objectif : faire découvrir et connaître les rouages de la Recherche, développer le sens critique du public, son libre arbitre, sa pensée personnelle, afin que la Recherche avec un grand « R » devienne limpide, familière, et pourquoi pas source d’inspiration pour de nouvelles vocations auprès du jeune public. 

 

Gilles BAUBE : Vaste sujet ! Je crois que médiation et culture scientifique doivent aller de pair, pour diffuser le plus largement possible dans la société cette culture du doute serein et du questionnement. Il s’agit de favoriser l’émergence d’une société armée contre les prosélytismes et les populismes. En ce sens les doctorants font œuvre de diffusion de cette société de la connaissance, la mieux armée  pour faire vivre nos démocraties.

33 rue François Mitterrand
BP 23204
87032 Limoges - France
Tél. +33 (5) 05 55 14 91 00