Prix coup de coeur, LA NÉOFABRIQUE



 

 

ComUE UCLdV : Bonjour, pouvez-vous vous présenter brièvement et nous raconter votre parcours ?

Antoine ÉTOURNEAU : Je suis Antoine Étourneau, porteur du projet La Néofabrique. J’ai actuellement 25 ans, mais d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu un certain attrait pour les systèmes mécaniques. C’est pourquoi j’ai commencé mes études dans un IUT en génie mécanique et productique. Pendant ce DUT, j’ai développé une passion pour la mécanique automobile en participant au 4L Trophy en 2014. Il s’agit d’un raid étudiant humanitaire qui a pour but d’amener du matériel scolaire à l’association Enfants du désert, au volant de la mythique Renault 4, plus communément appelée « 4L ».

N’ayant pas validé le DUT, je suis parti en BTS d’après-vente automobile afin de développer mes compétences dans ce milieu. Je continue de m’adonner à cette passion en restaurant deux Renault 4 durant mon temps libre. À la suite du BTS, j’ai décidé de reprendre mon objectif professionnel d’origine, la conception mécanique. Je suis ainsi rentré en licence d’ingénierie de l’innovation des systèmes complexes, avant de poursuivre par un master d’ingénierie de conception spécialisé en génie mécanique. En réponse à mon projet de création d’entreprise, j’ai choisi de réaliser une dernière année d’étude à l’IAE de Poitiers en master en management et administration des entreprises afin de mettre toutes les chances de mon côté pour sa réussite.

ComUE UCLdV : Pouvez-vous nous expliquer votre projet La Néofabrique, sa naissance… Comment avez-vous eu l’idée ?

Antoine ÉTOURNEAU : Les véhicules anciens sont toujours une passion, et ce, peu importe l’époque, car chacun de ces véhicules évoque une certaine nostalgie, du souvenir le plus personnel à une véritable passion. Cependant, ces véhicules, souvent très âgés, voient leurs pièces détachées retirées des chaînes de production. Faisant partie de ces milliers de passionnés qui ont des projets de restauration de véhicules anciens, je me suis maintes fois confronté à la difficulté de trouver des pièces détachées. J’ai souvent dû réaliser des recherches longues et parfois infructueuses. C’est à ce moment-là ou j’ai eu l’idée de mettre à profit ma formation et ma passion pour ceux qui ont cette même passion, et ainsi préserver ce patrimoine roulant.

Mon projet de création d’entreprise consiste à refabriquer, pour des collectionneurs et passionnés, des pièces détachées de véhicules anciens devenues introuvables. Je proposerais un service de rétro-ingénierie et de refabrication de ces pièces devenue rare.

ComUE UCLdV : Comment avez-vous connu le dispositif PÉPITE et dans quelle mesure le site PÉPITE de Poitiers vous a aidé dans le développement de votre projet ? 

 Antoine ÉTOURNEAU : J’ai connu le dispositif PÉPITE par le biais d’un ami qui est lui aussi étudiant-entrepreneur. C’est au moment où j’ai eu l’idée de créer mon entreprise que j’ai pris contact avec le PÉPITE de Poitiers.

L’équipe du PÉPITE de Poitiers m’a énormément aidé, car je suis arrivé juste avec une idée. Ils m’ont accompagné du départ jusqu’à aujourd’hui et continuent de m’aider. Ils m’ont permis de mettre en forme mon idée, de rencontrer des personnes qui m’ont aidé à passer d’un simple concept à un projet structuré, et aujourd’hui ils m’accompagnent dans la recherche de financement pour concrétiser ce projet.

De plus, PÉPITE m’a permis d’avoir toutes les connaissances nécessaires pour la création d’entreprise, qui est un domaine dont j’ignorais tout avant. Cela m’a appris à communiquer sur mon projet et aussi à prendre confiance en moi, à un tel point que j’ai obtenu le prix coup de cœur.

ComUE UCLdV : Quels conseils donneriez-vous à d’autres étudiants qui souhaitent devenir entrepreneurs ?

Antoine ÉTOURNEAU : Je dirais à tous les étudiants qui souhaitent devenir entrepreneurs que c’est une aventure. Comme dans toute aventure, il y a des hauts et des bas, mais ils ont la chance d’être étudiants-entrepreneurs et donc de se faire accompagner par des dispositifs comme PÉPITE. Cela permet de réaliser cette aventure dans les meilleures conditions possibles. Mon conseil est de ne pas hésiter de parler avec eux, car ils seront ravis de vous aider et de vous tirer vers le haut. 

ComUE UCLdV : Vous venez de recevoir le prix du PÉPITE dans la catégorie « Prix Coup de Cœur », et la suite, comment l’envisagez-vous ?

Antoine ÉTOURNEAU : Le « prix Coup de Cœur » est pour moi une récompense très symbolique, car cela prouve que mon projet touche personnellement et qu’il est apprécié par tout le monde, même par des gens qui ne sont pas concernés par la restauration de véhicules anciens. Il donne aussi un gage de qualité de projet, ce qui est très utile pour la suite. Effectivement, en plus du gain monétaire de ce prix qui me sert à créer le visuel de mon entreprise, cela m’aide aussi pour la dernière grande étape : la recherche de financement. J’ai déjà rencontré de potentiels investisseurs qui, je pense, m’ont accueilli plus facilement sachant que j’ai gagné ce prix.

33 rue François Mitterrand
BP 23204
87032 Limoges - France
Tél. +33 (5) 05 55 14 91 00